PEEP : soutien aux associations organisant des BAFA

Ce vendredi 23 avril 2021, la fédérations des Parents d’Élèves de l’Enseignement Public (PEEP) s’est adressée au Ministère de l’Éducation Nationale, au Ministère de la Jeunesse et des sports ainsi qu’aux Parlementaires pour les alerter sur la situation critique dans le secteur de l’éducation, l’animation et la formation :

“Notre Fédération souhaite porter à votre connaissance les difficultés rencontrées par les associations organisatrices des formations BAFA et BAFD, parmi lesquelles l’AFOCAL dont notre association assure la Vice-présidence.

En effet, jeudi 8 avril dernier, à 48 heures des vacances reprogrammées, une instruction du ministère de la Jeunesse et de l’Education Nationale et a obligé à annuler plusieurs centaines de stages.

Comme vous le savez, L’article 35 8° du décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire prévoit les modalités sanitaires applicables à l’organisation des stages BAFA et BAFD. Cet article autorise en présentiel et dans le respect des protocoles sanitaires les formations aux brevets d’aptitude aux fonctions d’animateur et de directeur lorsqu’elles ne peuvent être organisées à distance. Ainsi, de très nombreuses sessions BAFA et BAFD se sont-elles déroulées depuis le 30 octobre 2020, sans qu’aucun cluster ne se soit déclaré.

La formule figure sans changement dans la nouvelle version du décret publiée le 3 avril dernier. Pourtant, des documents récents édités par la DJEPVA, ont été envoyés aux associations organisatrices de formations BAFA et BAFD. Celles-ci ont été contraintes d’annuler ou reporter l’ensemble de leurs sessions, dans une période déterminante pour la période estivale.

Nous sommes particulièrement préoccupés par la situation des associations proposant le BAFA et le BAFD. L’été 2020 était déjà marqué par le manque de personnel qualifié pour encadrer les loisirs organisés et les séjours de vacances. Avec un impact important sur les places disponibles pour les enfants et les adolescents.

En outre, déjà fragilisées par l’annulation de leurs sessions l’an dernier à la même période, les associations sont aujourd’hui dans une situation économique des plus préoccupantes. L’annulation des stages de la période, 36 heures avant leur démarrage, représente une perte d’activité de 5,4 millions d’euros pour l’ensemble des acteurs, près de 600 000 euros pour la seule AFOCAL. Plusieurs centaines de formateurs volontaires sont privés de leur revenu sur ces deux semaines.

Enfin, pour nos élèves qui traversent des moments difficiles, il est dommage de les priver ainsi de l’opportunité de vivre une expérience épanouissante, proposée dans des conditions sanitaires strictes, jusqu’ici jugées satisfaisantes et ayant montré leur efficacité depuis fin octobre.

Nous soutenons les démarches de ces associations, qui réclament des mesures leur permettant de recourir aux dispositifs d’aide d’urgence qui leur sont refusées à ce jour, faute d’une position administrative claire. Aussi, nous vous demandons :

  • De prononcer rétroactivement la fermeture administrative des formations BAFA et BAFD pour permettre aux associations et à leurs collaborateurs d’accéder au dispositif d’activité partielle ;
  • D’étudier la mise en place d’un fond d’aide exceptionnelle d’urgence, pour assurer la pérennité des associations et ainsi leur permettre d’organiser au mieux les activités de l’été pour nos enfants et adolescents

En fonction de l’évolution de la situation sanitaire, nous pensons utile que soit organisée une concertation entre la DJEPVA et le groupe spécial « BAFA/D » du Comité d’orientation des politiques jeunesses pour trouver une solution permettant aux sessions de formation BAFA/D de se dérouler. Elles doivent reprendre au plus tôt, dans la perspective des départs en séjours ou loisirs organisés pour l’été 2021.

Notre Fédération se tient à votre disposition pour apporter tout élément de nature à confirmer le besoin impérieux de ces mesures pour l’ensemble des acteurs du secteur, quelle que soit leur taille.

Recevez, Madame la Députée, Monsieur le Député, Madame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur, mes plus sincères salutations,

Gérard Pommier Président national”