C'est avec enthousiasme que l’AFOCAL accompagne depuis 40 ans son réseau dense d’organisateurs d’ACM et d’associations éducatives qui représente près de 3 millions de familles et...
AFOCAL
AFOCAL

Covid-19 & SNU : les défis de l’éducation populaire !

Article de l'AFOCAL Commentaires fermés sur Covid-19 & SNU : les défis de l’éducation populaire !

snu educ popC'est avec enthousiasme que l’AFOCAL accompagne depuis 40 ans son réseau dense d’organisateurs d’ACM et d’associations éducatives qui représente près de 3 millions de familles et d’usagers. Connue pour ses formations à l’animation volontaire, 5ème organisme national sur le secteur du BAFA, l'AFOCAL réalise aussi de nombreuses actions de terrain auprès de publics très divers, notamment sur la promotion de la laïcité et la prévention des discriminations.

Dès le 13 mars 2020, pour parer aux premiers effets du confinement, nous avons constitué une cellule spéciale à laquelle participent bénévoles, direction et représentants du personnel. Par précaution, dans l'intérêt des familles et usagers, nous avons ainsi décidé de l’interruption des stages en cours, et de l’annulation des événements programmés jusqu’au 30 avril. Le 16 mars, avec l’interdiction jusqu’à nouvel ordre d’organiser toute activité avec un public, adressée par la DJEPVA, cette mesure d'anticipation s’est révélée être le bon choix, bien que difficile.

En effet, outre la parenthèse dans nos actions d’éducation à la citoyenneté, préparées entre autres par nos volontaires en service civique, l’abandon de nos activités pendant la saison de printemps n'est pas sans conséquence financière, et nos équipes permanentes dans toute la France sont impactées. Par ricochet, les structures qui nous accueillent et nos formateurs en CEE se trouvent eux aussi privés de toute ressource.

La première semaine de confinement a été consacrée à organiser les annulations et les reports des actions. Elle a été déjà délicate en raison des arrêts de travail des personnels à risque et des congés pour garde d’enfants. Tous nos collaborateurs ont manifesté une énergie forte et un grand engagement. Chacun semblait convaincu de pouvoir poursuivre en télétravail, pourtant il n’a pu être maintenu que pour nos BPJEPS et CPJEPS, poursuivis à distance. Comme toutes les autres associations d'éducation populaire, sans chiffre d’affaires, avec une trésorerie éprouvée par la situation très difficile de notre secteur d’activité, le recours au chômage partiel était inéluctable. Ainsi, l’AFOCAL est-elle entrée en sommeil, dans l'attente d'une date de redémarrage des actions avec un public pour le moment. Juin ? Eté ? Toussaint ?

Le défi est alors de taille : si l’État accorde un prêt aux associations pour patienter sur le plan structurel, le scénario de reprise ne pourra être efficace que si la pérennité des emplois de l'ensemble du secteur est prise en compte. D'où l'importance capitale que nos publics disponibles sur le temps des vacances et des loisirs ne soient pas orientés vers d’autres priorités que le secteur éducatif ! Nous voulons bien sûr parler du Service National Universel qui préoccupe l'ensemble des associations d'éducation populaire.

C'est pourquoi nous encourageons activement tous les Ministères à avancer de concert d'une part, et d'autre part à associer tous les acteurs de terrain que nous sommes, afin que les projets pour la Jeunesse soient des mesures ambitieuses et sources d'évolution des ressources existantes. Les associations d'éducation populaire sont ancrées dans la réalité quotidienne des jeunes français et prêtes à les accompagner tout au long de leur parcours, pour répondre à leur attente de citoyenneté, d’appartenance et d'engagement au sein de la société.

Marc Guidoni, Secrétaire général de l’AFOCAL