L’AFOCAL est une union d’associations ayant une même finalité : la personne humaine.L’AFOCAL a un but : former des jeunes et des adultes responsables, ayant le sens de leur propre dignité...
AFOCAL
AFOCAL

Le projet éducatif de l’AFOCAL

Article de Marc GUIDONI Commentaires fermés sur Le projet éducatif de l’AFOCAL

projet educatifL’AFOCAL est une union d’associations ayant une même finalité : la personne humaine.

L’AFOCAL a un but : former des jeunes et des adultes responsables, ayant le sens de leur propre dignité et de celle des autres et aspirant à se dépasser. Chacune des associations adhérentes participe, à travers les centres de vacances et de loisirs, à l’éducation des jeunes qui lui sont confiés.

Pour ces associations, l’éducation exige de ceux qui s’y consacrent, outre des qualités humaines, compétence technique et pédagogique, esprit de service et volonté d’intéresser les enfants et les adolescents à ce qui les enrichit. Elles attendent des directeurs de centres et des animateurs qu’ils se comportent en personnes responsables, sans démagogie, sans laxisme et sans autoritarisme.

Dans cet esprit, l’AFOCAL a reçu délégation de ses associations adhérentes pour apporter à leurs cadres, une formation spécifique qui leur permettre de s’engager à prendre en charge des jeunes dans leurs activités de loisirs.

L’AFOCAL n’est pas neutre. Accueillant chacun sans distinction d’origine ou de religion, elle propose aux stagiaires une conception précise de l’éducation.

Une conception commune de l’éducation

L’AFOCAL prend en compte la diversité de ses associations adhérentes, lesquelles affirment leurs convictions fondamentales communes. L’AFOCAL reconnaît cette diversité, elle la respecte, elle s’en enrichit.

Le respect absolu de la liberté intérieure des enfants, des adolescents et des jeunes est le principe de base du projet éducatif de l’AFOCAL. Car l’être humain est une personne, corps intelligence et esprit, unique et libre, avec sa vocation propre mais aussi en relation avec les autres.

Chaque jeune sera respecté dans son originalité, en tenant compte à la fois de son histoire, de son cheminement et de sa capacité de dépassement.

Chaque jeune sera considéré comme acteur principal de son développement et partie prenante dans la construction de la société.

Les changements rapides du monde moderne sont un fait. Mais trop de jeunes ne sont pas préparés à les maîtriser. Considérant que la vie a un sens, l’AFOCAL estime qu’il est essentiel de les aider à structurer leur personnalité de façon à ce qu’ils s’affirment eux-mêmes et par rapport aux autres.

Ils seront ainsi capables de construire et non de subir, de croire et d’espérer, d’établir avec les autres des relations riches et profondes.

Le contrat de confiance

La mise en œuvre de ces convictions se réalise, dans le cadre de la réglementation en vigueur, sous la responsabilité de l’association organisatrice du centre de vacances et de loisirs et repose sur la notion de “contrat de confiance” entre cette dernière, le jeune et la famille.

L’AFOCAL considère en effet que la famille est irremplaçable dans la formation d’une personne libre et responsable. Même en difficulté, elle demeure une cellule de vie essentielle, à la fois biologique et spirituelle, et la seule où l’autorité et l’amour soient naturellement liés.

Le rôle du centre de vacances, lieu privilégié d’apprentissage de la responsabilité, est complémentaire de celui de la famille.

Les éducateurs : une triple mission

Dans le prolongement de la famille, les éducateurs en centre de vacances et de loisirs se trouvent devant un triple objectif de formation :

  • conduire chacun à découvrir ses propres aptitudes, à savoir se maîtriser et à servir ;
  • développer chez les jeunes la capacité d’agir, le goût de l’effort, la curiosité, le goût du vrai et l’imagination ;
  • provoquer chez eux l’acceptation des différences, le sens de la solidarité et l’aptitude à communiquer.

L’AFOCAL estime que ces objectifs relèvent d’une pédagogie de l’accompagnement et qu’ils ne seront atteints qu’à quatre conditions :

Tout d’abord, que directeurs et animateurs sachent allier leur « savoir-être » (équilibre personnel, vie intérieure, exemplarité) à leur « savoir-faire » (sens de la responsabilité, aptitude à l’écoute, travail en équipe, efficacité) et « savoir-vivre » (qualité de la relation, considération et respect de l’autre).

Deuxièmement qu’ils soient compétents. Certes, il est difficile en matière éducative de parler de “réussite”. Cependant, dans une fonction où tout repose sur la relation, on ne peut faire bon marché de la nécessaire compétence technique : elle fait partie du témoignage de l’éducateur. Mais, qu’il s’agisse de mer, de montagne, de musique, d’activités manuelles ou d’animation globale, les réalisations seront les vecteurs de la démarche éducative.

Ensuite, il faut que directeurs et animateurs cherchent constamment les méthodes les mieux adaptées, sans jamais avoir recours à de quelconques manipulations.

Enfin, l’autorité sera mise à sa vraie place. Une conception erronée l’assimile à répression, comportement outrancier, directivité. En réalité, qu’elle soit naturelle ou fonctionnelle, elle est l’outil premier du responsable. Son usage permet d’une part de conduire l’action, d’autre part de faire grandir ceux qui vous sont confiés (augere : croître). Certes, il se peut que par son autorité, l’éducateur soit momentanément conduit à priver le jeune de certaines libertés, les interdits existent, mais, bien maîtrisée, elle est la voie de la liberté.

Les sessions de l’AFOCAL

Dès lors, les sessions proposées par l’AFOCAL (BAFA, BAFD et autres) s’inscrivent tout naturellement dans cette orientation globale.

Elles visent à former des hommes et des femmes humainement solides, essentiellement tournés vers le service des autres, compétents dans leur domaine, aptes à faire fructifier leurs talents.

Elles accordent une part égale à la réflexion personnelle et au travail en équipe, sans privilégier l’une ou l’autre.

Elles ont un style : exigeant ; sain et dynamique.

Au-delà du passage obligé vers les diplômes, elles constituent une étape importante de la promotion personnelle des cadres de notre temps.

 

Référence : Déclaration fondamentale adoptée lors de l’Assemblée Générale du 16 mai 1984